Archives mensuelles : juillet 2014

(c) Fred de Mai - Rouge Sang éditions. reproduction interdite.

La première chronique sur « Flic de rue » est belge.

Merci à Nathalie Vanhauwaert pour cette jolie et longue critique de « Flic de rue » de Fred de Mai sur son blog « Le coin lecture de Nath ».

Comme toujours les articles sur nos livres sont particulièrement soignés par cette critique littéraire belge. (Amis de Belgique,  n’oubliez pas que grâce aux aides à la diffusion de la culture francophone, vos frais de port des ouvrages commandés sont bien moindres que pour la France, c’est donc l’occasion idéale de compléter vos projets de lecture pour cet été.)

Extrait :

« Lorsqu’un flic en activité décide de partager avec vous ses sentiments et ressentiments concernant son métier cela donne ce récit publié par Les Éditions Rouge Sang dans la collection « Témoignage ».
Je peux vous dire que cela ne laisse pas indifférent et change le regard que l’on pourrait avoir sur la profession.
Qu’est ce qu’il faut comme dose de passion , d’amour et d’abnégation  pour exercer ce métier qui lui ne vous respecte pas. » (cliquez  sur le texte pour lire la chronique en entier)

Et pour en savoir plus sur « Flic de rue » ou commander cet ouvrage, il suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous :

1ERE DE COUV

D’autres critiques sur ce livre ont été publiées ces derniers jours, elle seront vite relayées ici.

Et n’oubliez pas, pour vos lectures estivales, que nous offrons les frais de port pour nos packs de quatre livres commandés. (cliquez pour voir nos offres groupées)

 

norbert top chef

Le policier Fred de Mai cuisine Norbert Tarayre (ou le contraire ?)

Les deux chefs (l’un dans la police, l’autre en cuisine) se sont rencontrés par hasard à Lyon.

L’occasion pour Fred de Mai de dédicacer son livre « Flic de rue » au demi-finaliste de l’émission « Top Chef 2012″ et animateur de l’émission « Le Défi » avec Jean Imbert (vainqueur Top Chef 2012) et « 100% cuisine » sur M6.

Une rencontre sympathique qui tombe à pic pour le médiatiquement déjanté Norbert Tarayre qui profite, comme beaucoup, de la pause estivale pour lire.

On ne sait pas bien lequel des deux hommes a « cuisiné »* l’autre, mais de nombreux policiers  espèrent que cette rencontre va amener le célèbre « Norbert » à revisiter la recette du « boeuf-carottes »** pour peut-être la rendre plus digeste.

* cuisiner : interroger en argot policier

** »Boeuf-carottes »: synonyme argotique d’un passage à l’Inspection Générale de la Police Nationale  pour les policiers.

Toute l’équipe de Rouge-Sang éditions attend avec impatience l’avis du chef-cuisinier sur « Flic de rue ».

Pour en savoir plus sur ce livre, cliquez sur la couverture ci-dessous :

1ERE DE COUV

 

Frais de port offerts chez Rouge Sang éditions

Frais d’envois gratuits : braquage postal cet été !

Vous aimez les polars, romans noirs et thrillers ?

Vous voulez « dévorer du Noir » sur la plage, à la piscine ou plus simplement dans un transat ?

Vous voulez offrir des beaux livres à vos proches, ou partager  vos lectures ?

Bref : vous voulez donner un autre calibre à votre vie estivale ?

Rouge Sang éditions VOUS OFFRE LES FRAIS DE PORT pour toute commande des « Packs été » dont les doux noms évocateurs vous séduiront :

Pack « .38 Spécial » : 38.20 € TTC
(Cliquez sur le visuel)

PACK 2

Pack « .45 ACP » : 39.50 € TTC
(Cliquez sur le visuel)

Comprenant Haut le choeur + Flic de rue + In Fine + L'échiquier d'Howard Gray

Pack « .357 Magnum » : 40.50 € TTC
(Cliquez sur le visuel)

PACK 3

(c) Fred de Mai.
Tous droits réservés. reproduction interdite. Rouge Sang éditions

Flic de rue : « Rarement une lecture m’a autant touchée. »

Belle critique de notre lectrice Christelle, publiée sur notre site :

« Sur chaque nouvelle lecture, j’aime avoir toujours plein de petits marque- pages pour pouvoir garder à chaque moment où je le décide, des mots, des phrases que j’ai envie de relire.

Des instants de lecture que tu veux garder bien au chaud, jalousement mais dont tu n’as qu’une seule envie : les partager quand même. Parce que tu ne sais jamais trop comment tu vas pouvoir toucher quelqu’un d’autre de la même manière et leur donner ainsi l’envie de ressentir la même chose que toi.

Avec Fred de Mai, j’ai dû me fabriquer des marque-pages supplémentaires.

C’est comme au cinéma . Chaque film fait ressortir des répliques dites  » culte » qui auront marqué les esprits.

Dans  « Flic de Rue », si je devais ne retenir qu’un seul instant, il serait celui -ci :

 « Ange gardien de la Paix :

Je ne sais toujours pas ce qui me pousse encore, après 18 ans . D’où me vient cette motivation, toujours intacte quand le moment vient. Aujourd’hui encore, il y a en moi cette alarme qui résonne dans mes tempes où afflue le sang de mon cœur vaillant, cœur sans peur quand l’injustice agresse avec violence le monde dont je garde la paix. « 
Moi, je sais à présent ,tout comme lui, « pourquoi ».

Je ne suis pas du métier. J’en connais néanmoins beaucoup autour de moi. Et l’espace de 3 jours, je suis entrée moi aussi dans cette  » Grande Maison » avec Fred De Mai  » et les Autres ». L’impression de vivre ses joies, ses peines, ses rancœurs, ses tristesses avec lui . T’es pas Flic mais tu as envie d’être sa co-équipière pour l’aider, le soutenir et le réconforter.

Est-ce donc la pudeur de mes amis ou leur côté protecteur vis à vis de moi qui les empêchent de me raconter leur quotidien, leurs angoisses ,leurs peines, leurs tortures ?

Plus de doutes, oui, c’est bien ça : Jusqu’au bout, avec conviction et passion, ils « me » protègent.

Tu reçois ce livre un jeudi , tu te dis que tu vas devoir t’accorder vraiment du temps que tu n’as pas sur ces prochaines semaines pour le découvrir. On est samedi , 2h30 du matin, tu es fatiguée mais tu termines alors que tu faisais tout pour que cela ne s’arrête pas.

Rarement une lecture ne m’avait autant touchée. Rarement j’ai pleuré sur » du papier ».
Mon côté sensible plutôt bien étayé et fourni pourrait expliquer tout ça.

Mais non, cela va au delà de ça. Je suis persuadée que le plus grand des gaillards pourra même avoir sa larme. Persuadée que même le plus « anti -flic » possible ne regardera plus cette profession du même œil et acceptera le plus facilement du monde, la moindre réprimande.

Un récit bouleversant qui te chamboule et te bouscule.
Merci néanmoins d’avoir préservé mes yeux souvent embués pour laisser place à des moments de rires, de sourires face à certains récits plus que cocasses et inimaginables quand tu n’y es pas « pour de vrai ».

Une plume à la fois sarcastique, émouvante, drôle, ironique, poétique.

Pour finir comme je l’ai commencé avec l’un de mes petits marque-pages « spéciaux » :
  « Point positif, c’est au cours de l’un de mes nombreux trajets entre Lyon et Marseille que j’ai décidé d ‘écrire. « 

Merci « finalement » à cette Grande Maison et ses travers, merci à tes 29 mois de galère car finalement c’est grâce à eux que je peux dire :
  « Merci à toi pour cette magnifique décision .« 

Pour en savoir plus sur « Flic de rue », c’est en cliquant sur la couverture ci-dessous :

1ERE DE COUV