Archives mensuelles : mars 2015

théorie du complot

Une théorie du complot plus que crédible

Le « complotisme » est à la mode. C’est le moins que l’on puisse dire. L’Élysée a même lancé hier un compte twitter pour lutter contre le phénomène tant il est apparemment devenu gênant pour le gouvernement.

Et pourtant. Pourtant…comment ne pas se poser de questions sur la réalité cachée quand elle est exposée et racontée avec talent ?

C’est ce qu’a fait notre auteur Florent Marotta dans son livre  » L’échiquier d’Howard Gray ».

Alors ami lecteur, tu veux vraiment savoir ce qui est occulté : tout ce que l’on te cache ?

- Comment un nouvel attentat meurtrier dans le métro peut être déclenché « sous faux drapeau » ?Métro attentat
- Qui dicte en réalité ce que tu vois, lis et écoute dans les médias et dans quel but ?

BFM-TV-2
- Qui se cache derrière certains terroristes ?

des-combattants-pro-gouvernementaux-se-dirigent-vers-la-vill_2007937
- Comment et pourquoi un ex-agent de terrain de la DGSE peut agir dans le camp d’en face ?

dgse
- Quel rôle peut jouer un hacker dans cette guerre invisible ?

hacker-hacking-dark-hoodie
- Quelle conséquence prévisible cette manipulation peut engendrer ?

Intervention à l'assemblée nationale.

- Tu veux savoir « qui est fou ? » dans tout cela alors que toi aussi tu peux être bientôt personnellement concerné sans même le savoir ?

Mental-hospital-007

- Et surtout : quel est le seul recours face à tous ces mensonges d’État ?

gun et sky
Tu veux vraiment savoir tout cela ?

Il te suffit  donc de lire « L’échiquier d’Howard Gray », accessible en cliquant sur la couverture ci-dessous :

COUV-DEF-060314-BIS

quai du polar large affiche

Quais du polar 2015 : deux de nos auteurs y étaient

Hier c’est clos le festival international des Quais du polar à Lyon, devenu l’événement incontournable du roman policier, noir ou thriller en France.

Gaëlle Perrin-Guillet y dédicaçait « Haut le chœur », en deux endroits différents, comme annoncé dans notre précédent article.

haut le choeur QDP
(c) Gaëlle Perrin-Guillet
(c) Sarah Puente

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais s’est également trouvé à dédicacer Florent Marotta pour l’excellent « L’échiquier d’Howard Gray »,  un polar d’une très pertinente actualité dont nous vous reparlerons demain.

DR

Nos deux auteurs étaient accueillis pour l’occasion sur le stand de la librairie-café « Un petit Noir » 57 Montée de la Grande-Côte, 69001 Lyon.

un-petit-noir---librairie-cafe-polar-lyon-13904018300
DR

Pour en savoir plus sur les ouvrages de Gaëlle Perrin-Guillet et de Florent Marotta, c’est en cliquant sur les couvertures ci-dessous :

COUV-DEF-060314-BIScouv haut le choeur

 

quais-du-polar-2015-affiche-231129

27 – 29 mars : Gaëlle Perrin-Guillet aux Quais du Polar à Lyon

Cette année encore notre auteure Gaëlle Perrin-Guillet est présente sur le festival International Quais du Polar à Lyon (cliquez pour avoir le programme complet) avec son excellent thriller « Haut le chœur  » qui fut Prix du polar 2014 Dora-Suarez-leblog.

(c) tous droits réservés
(c) tous droits réservés

Pour ceux qui veulent la rencontrer, c’est à partir de demain, selon le programme suivant :

- à l’Atrium ( Hôtel de Ville) sur le stand de la librairie Un P’tit Noir vendredi 27 mars 2015 de 15h30 à 17h.

- puis, toujours vendredi, au Musée Testud-Latarjet d’anatomie et d’Histoire naturelle médicale ( fac de médecine Lyon 38, avenue Rockefeller, 69008 Lyon) à partir de 19h dans le cadre de la soirée « Lyon sur crimes/ Quais du polar ».

Samedi 28 mars à l’Atrium de 14h à 16h et dimanche 29 mars 16h 17h30, toujours sur le stand de la librairie-café « Un P’tit Noir ».

« Excellent « Haut le chœur » , thriller retraçant la traque haletante d’une dangereuse psychopathe évadée de prison, Eloane Frezet. Personnage tourmenté, imprévisible et insaisissable, elle est à l’auditif ce qu’Hannibal Lecter du Silence des agneaux était au toucher ou Jean-Baptiste Grenouille du Parfum à l’olfactif. Un suspense mené de main de maitre où la tension palpable vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. » Christophe Castel. Cap Caval Magazine. N° 33 Décembre 2014.

Pour en savoir plus sur ce livre, c’est en cliquant sur la couverture ci-dessous :

Cliquez pour accéder au livre
Cliquez pour accéder au livre

Et en bonus, la bande-annonce du livre, pour ceux qui veulent se mettre dans l’ambiance avant leurs dédicaces :

 

 

 

l 627

L-627 et Métier de chien.

Ce film de Bertrand Tavernier, sorti dans les salles en 1992, et qui est devenu une légende repasse ce soir sur Arte à 20h50.

Notre auteur Marc Louboutin a connu cette époque, il y consacre une large partie du tome 1 « De la vocation au dégoût » de son livre « Métier de chien ».

Nous lui laissons la parole :

« Ce film est Presque un documentaire tellement c’est réaliste sur la police des années 80 en région parisienne. On a tendance, avec le temps comme tous les « vieux cons » à dire que « c’était le bon temps ». On idéalise. La réalité est plus mesurée : Nous n’avions pas de moyens, peu de bagnoles en bon état, des locaux pourris quasiment dans tous les services. Nous dormions peu, faisions parfois des semaines de 80 heures. Comme nous rédigions nous-même les procédures – et l’informatique n’existait pas – sur le papier cela tenait toujours. Au prix d’entorses parfois à la « vérité ». Fallait juste que la couche de vernis procédurale soit solide. Le seul avantage – et non des moindres – c’est que la hiérarchie nous laissait le plus souvent bosser exactement comme nous voulions, souvent prenait ses patins concernant nos affaires. Nous étions encore commandé par des « patrons », des vrais, pas « gérés » comme aujourd’hui, trop souvent par des simples cadres administratifs.

Pour nous la police c’était la guerre contre la drogue, et plus largement contre la délinquance. Et on ne fait pas de guerre avec des bons sentiments. Surtout dans la rue où la seule loi qui existe c’est la loi du plus fort. Le reste c’est au mieux de la discussion de bistrot au pire de la gesticulation intellectuelle.

Quand le film est sorti, j’avais réussi à être muté à Chambéry. Après l’avant-première réunissant policiers et magistrats, il y a eu un débat. Animé par notre jeune commissaire qui avait arrêté une fois le bus et deux fois sa montre par mégarde en oubliant de la remonter. Il a condamné les méthodes montrées dans le film. Évidemment. Les substituts et les juges d’instruction m’ont alors demandé si j’avais travaillé comme cela jusqu’à quelques mois plus tôt, avant mon arrivée. J’ai dit « oui ». Je me suis fait traiter de facho, de voyou, d’indigne d’être policier. Seul Eric du Montgolfier, le Procureur d’alors de la ville, semblait réellement intéressé et m’a invité à venir lui en parler dans son bureau. J’ai décliné : il n’y avait pas prescription…

Depuis les bonnes âmes ont pris les commandes partout depuis au moins vingt ans, avec les résultats que l’on connait.

Au delà du film, que je recommande évidemment, pour ceux que cela intéresse de savoir comment au fil du temps nous sommes arrivés à la situation actuelle, je me suis attaché à le raconter dans « Métier de chien ». Le livre est plus cru encore que le film, tout simplement car j’avais plus d’espace de narration. Sans le carcan d’un film, on peut aller plus loin, tout à fois sur la période, qui est bien plus longue dans le livre, mais aussi dans les détails ou tout simplement en narrant des scènes, ou des situations, qui sont souvent trop outrancières pour le cinéma.  Sans compter ce qu’il ne faut pas raconter sur le fonctionnement réel de la police. Tout cela est pourtant dans « Métier de chien »… « 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce livre, ou se le procurer, les informations sont disponibles en cliquant sur la couverture ci-dessous. Chaque livre commandé est numéroté et dédicacé par l’auteur.

1ERE DE COUV(1) avec bandeau

Bonus : un passage emblématique de ce film :


L.627 par lepoulpe33

catule van gogh

Et si le 9 mars devenait la journée des droits de la Mort ?

Oui, Vous lisez bien, et cela n’a rien à voir (quoi que, peut-être un peu quand même) avec les débats en cours sur la fin de vie.

Chez Rouge Sang éditions, après avoir bien cherché sur le site Internet recensant les « journées mondiales » (cliquez pour y accéder) nous avons constaté que le 9 mars est une des rares dates libres pour caser une nouvelle journée revendicative.

Parce qu’au bureau, Catule la Mort nous tanne vraiment pour que cette journée existe en menaçant à nouveau de faire grève pour que sa demande de journée pour ses Droits aboutisse. Finalement elle n’est pas plus absurde que certaines autres.

Et puis, il faut se rappeler des conséquences de la dernière fois qu’il a mis la faux en bandoulière pour se cantonner à écouter les Beatles en faisant des mots croisés. Vous ne vous en souvenez pas ? C’est dans l’excellent livre « In Fine » de Stéphane Nolhart, et pour en savoir plus il vous suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

Avec en bonus, la bande-annonce de ce livre qui vous laissera en vie différemment:

 

 

Cliquez pour accéder au livre

C’est le 8 mars : offrez-vous un polar 100 % féminin !

En cette journée internationale des droits des femmes, voilà une bonne occasion de célébrer leur présence dans la littérature noire.

Une auteure : Gaëlle Perrin-Guillet

Une éditrice : Estelle Taburiaux.

Un thriller confrontant dans une lutte à mort deux autres femmes :  une journaliste et une tueuse en série.

C’est « Haut le chœur » :  le livre qui fut sacré prix Dora Suarez le blog en 2014.

« Ce roman est conçu comme une course poursuite, donc le mot d’ordre est la célérité de l’intrigue. On n’a effectivement pas le temps de prendre son souffle, ça va à une rapidité folle, surtout grâce au style franc et direct de l’auteure. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé sa façon d’écrire qui allie l’efficacité à des dialogues qui vont au plus juste, qui sonnent vrais. » …/… »J’ai pris un énorme plaisir à lire ce roman, qui vient titiller les anglo-saxons sur leur terrain tout en ayant sa propre identité. » Black Novel

Un roman écrit et édité par des femmes, et qui donne la priorité à deux héroïnes.

Pour en savoir plus il suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous.

Cliquez pour accéder au livre
Cliquez pour accéder au livre

Bonus : la bande annonce du livre :