Archives du mot-clé métier de chien

(c)DD

Métier de chien : Le flic de base, de terrain, n’a qu’à bien se tenir

Belle et longue critique de Philippe, un des nombreux lecteurs de « Métier de chien » de Marc Louboutin.

« Je viens de terminer la lecture de « Métier de chien ». Bon sang !! Quel voyage ! Quel gâchis, surtout !
Tu as eu raison (permets-moi de te tutoyer. Cela peut paraître ridicule, mais j’ai été formaté toute ma carrière parisienne – je suis policier depuis 1988 – à vouvoyer tout supérieur hiérarchique au dessus de brigadier-chef !), tu as eu raison, disais-je, de rééditer ce témoignage. Les gens doivent savoir. Tout n’est que poudre aux yeux, comme une vitrine qu’on veut jolie et bien structurée, ou une représentation d’une troupe de mauvais comédiens. Les collègues doivent sortir la tête du sable et affronter une bonne fois pour toute la brutale réalité : nous sommes seuls et l’Administration n’est pas bienveillante et protectrice. Le flic de base, de terrain, n’a qu’à bien se tenir et aller dans le sens du poil et tout ira bien. Rester dans le troupeau et surtout ne pas se distinguer, en mal ou en bien. Surtout pas en bien…
J’ai refermé ton livre et j’ai comme un sale goût dans la bouche. Il y a plein de choses qui remontent à la surface. Des trucs que j’avais laissé tomber au fond pour ne pas que ça me pollue la cervelle. C’est comme
une bouteille que tu viendrais de secouer : le vin, qui ne te paraissait pas si mauvais, est troublé par le dépôt qui reposait au fond et là, tu te dis qu’il te reste 10 ans à faire, 10 ans d’une mauvaise piquette qu’il va te falloir ingurgiter. En faisant bonne figure, pour inquiéter personne, et en tentant de garder un équilibre à peu près stable dans ton service et dans ton foyer.
Mais quand même, tu repenses à ces années, vaines, dans une BAC, et celles encore plus pourries dans une salle de commandement, puis dans un bureau à côtoyer « ceux d’En-Haut ». Et tu te dis que finalement, la place d’un policier est sur le bitume et pas sur la moquette. L’air de la rue te paraît moins vicié, les malfrats plus sains que les sinistres chefaillons qui te commandent.
Et puis, tu es cabot dans une brigade de roulement en province et tu règle des différents, tu ramasses des poivrots, tu prends des beignes et ta mère se fait plus insulter qu’elle ne l’a jamais été. Tu manipules des cadavres parce que le jeunot de SOS Médecins à oublié ses gants (le dernier en date étant un collègue de brigade, parti tout seul, victime d’une « longue maladie ». Pas celle qui mène au suicide. L’autre…).
Mais tu gardes la tête haute car tu as encore tes principes, et tu peux encore te regarder, face au miroir. Tu sais que tu as aidé des gens, protégé des collègues, qui te l’ont bien rendu aussi. Et tu en a encore pour 10 ans, mais c’est pas grave, tu es avec tes potes, ta bande. Ta seconde famille. Tu es au taquet : brigadier 7ème échelon. Tu n’iras pas plus haut. Et c’est tant mieux. Tu ne deviendras pas comme eux. Tu resteras avec tes potes, à patrouiller et sillonner les rues en attendant l’appel 17, qui jalonne ta vacation de ses affaires à deux balles, ou d’autres qui finiront aux Assises.
Merci, Marc, d’avoir remué tout ça. Tu as mis sur le papier, noir sur blanc, cash et sans détour, ce que beaucoup pensent et ressentent plus ou moins confusément, parce qu’ils n’ont pas osé, ou parce qu’il n’en ont pas le talent. Tu as réveillé beaucoup de choses. Des souvenirs, des odeurs, des sons, des impressions…
J’ai aimé. Beaucoup. J’attends le second tome avec impatience.
Merci encore. »

 

En savoir plus ou commander le livre ? C’est là, en cliquant sur la couverture :

Chaque exemplaire est dédicacé et numéroté
Chaque exemplaire est dédicacé et numéroté
l 627

L-627 et Métier de chien.

Ce film de Bertrand Tavernier, sorti dans les salles en 1992, et qui est devenu une légende repasse ce soir sur Arte à 20h50.

Notre auteur Marc Louboutin a connu cette époque, il y consacre une large partie du tome 1 « De la vocation au dégoût » de son livre « Métier de chien ».

Nous lui laissons la parole :

« Ce film est Presque un documentaire tellement c’est réaliste sur la police des années 80 en région parisienne. On a tendance, avec le temps comme tous les « vieux cons » à dire que « c’était le bon temps ». On idéalise. La réalité est plus mesurée : Nous n’avions pas de moyens, peu de bagnoles en bon état, des locaux pourris quasiment dans tous les services. Nous dormions peu, faisions parfois des semaines de 80 heures. Comme nous rédigions nous-même les procédures – et l’informatique n’existait pas – sur le papier cela tenait toujours. Au prix d’entorses parfois à la « vérité ». Fallait juste que la couche de vernis procédurale soit solide. Le seul avantage – et non des moindres – c’est que la hiérarchie nous laissait le plus souvent bosser exactement comme nous voulions, souvent prenait ses patins concernant nos affaires. Nous étions encore commandé par des « patrons », des vrais, pas « gérés » comme aujourd’hui, trop souvent par des simples cadres administratifs.

Pour nous la police c’était la guerre contre la drogue, et plus largement contre la délinquance. Et on ne fait pas de guerre avec des bons sentiments. Surtout dans la rue où la seule loi qui existe c’est la loi du plus fort. Le reste c’est au mieux de la discussion de bistrot au pire de la gesticulation intellectuelle.

Quand le film est sorti, j’avais réussi à être muté à Chambéry. Après l’avant-première réunissant policiers et magistrats, il y a eu un débat. Animé par notre jeune commissaire qui avait arrêté une fois le bus et deux fois sa montre par mégarde en oubliant de la remonter. Il a condamné les méthodes montrées dans le film. Évidemment. Les substituts et les juges d’instruction m’ont alors demandé si j’avais travaillé comme cela jusqu’à quelques mois plus tôt, avant mon arrivée. J’ai dit « oui ». Je me suis fait traiter de facho, de voyou, d’indigne d’être policier. Seul Eric du Montgolfier, le Procureur d’alors de la ville, semblait réellement intéressé et m’a invité à venir lui en parler dans son bureau. J’ai décliné : il n’y avait pas prescription…

Depuis les bonnes âmes ont pris les commandes partout depuis au moins vingt ans, avec les résultats que l’on connait.

Au delà du film, que je recommande évidemment, pour ceux que cela intéresse de savoir comment au fil du temps nous sommes arrivés à la situation actuelle, je me suis attaché à le raconter dans « Métier de chien ». Le livre est plus cru encore que le film, tout simplement car j’avais plus d’espace de narration. Sans le carcan d’un film, on peut aller plus loin, tout à fois sur la période, qui est bien plus longue dans le livre, mais aussi dans les détails ou tout simplement en narrant des scènes, ou des situations, qui sont souvent trop outrancières pour le cinéma.  Sans compter ce qu’il ne faut pas raconter sur le fonctionnement réel de la police. Tout cela est pourtant dans « Métier de chien »… « 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce livre, ou se le procurer, les informations sont disponibles en cliquant sur la couverture ci-dessous. Chaque livre commandé est numéroté et dédicacé par l’auteur.

1ERE DE COUV(1) avec bandeau

Bonus : un passage emblématique de ce film :


L.627 par lepoulpe33

Chaque exemplaire est dédicacé et numéroté

Un « RMR Spécial police – 357 Magnum » dans les cadeaux ?

Pour se souvenir du « bon vieux temps » en lisant « Métier de chien » de Marc Louboutin, tout en apprenant les sentiments intemporels qui agitent les policiers de terrain qui tentent tout simplement, et malgré tout, de remplir leurs missions du mieux qu’ils le peuvent.

Cliquez pour accéder au livre.
Cliquez pour accéder au livre.

Les critiques des blogs :
(Il suffit de cliquer sur les textes pour lire les chroniques en entier)

« Il s’agit d’un témoignage cru et sans détour qui relate le quotidien du métier de flic. Il est clair que cette immersion dans l’horreur est loin d’être facile, comment tenir toute une carrière sans péter un plomb ? De nombreux suicides sont recensés chaque année, ces hommes et ces femmes ne sont visiblement pas soutenus comme ils le devraient par leurs supérieurs. On les envoie aux portes de l’Enfer et c’est à eux de débrouiller pour revenir indemnes. «  Le Shoot de Loley

« On touche du doigt la difficulté du métier car les policiers rencontrent toute la misère du monde dans l’exercice de leur fonction : insultes, violences, morts, confrontation à des victimes brisées… Ils sont aussi exposé à la bêtise de l’administration : sanctions non méritées, mutations forcées, manipulations, création de faux administratifs pour protéger certains et léser d’autres etc… La liste est longue et l’on comprend le ras le bol que peuvent ressentir les policiers. Ce témoignage doit vous toucher, vous révolter, vous indigner, vous faire réagir… Une lecture utile pour connaître la réalité du métier de policier. » Polars.etc

« Car ce qui retient l’attention, et ce qui finit par être passionnant, c’est cette façon de rendre l’ensemble d’une grande cohérence. Le fait que tout soit remarquablement écrit, formidablement bien introduit, fait que l’on suit ce livre, on tourne les pages, et qu’on le reprend avec plaisir, car on a l’impression de côtoyer quelqu’un qui a beaucoup de choses à nous apprendre. Alors, tout ne va pas être rose, loin de là. Des scènes vont être crues, des passages détaillés de façon très sale et réaliste, on va passer en revue tous les types d’affaires possibles et imaginables, des petites affaires de braquage aux simples vols de mobylettes, des putes aux consommateurs de drogue, des affaires de meurtres aux suicides. Mais ce qui ressort de tout cela, ce sont les exigences liées à ce métier qui sont énormes … » Black Novel

« Marc Louboutin fixe son métier de chien d’un regard acerbe, ne voilant rien, ne se cachant derrière aucun faux-fuyant pour justifier l’injustifiable. C’est donc un récit âpre, salutaire pour l’auteur peut-être autant que pour le lecteur dont la réalité parfois un peu rose se fissure face à la vérité de la rue, à sa violence, à sa sournoiserie. » Alexandre Burg sur son blog littéraire « Garoupe ».

Quelques avis de lecteurs :

« Le style de Marc Louboutin est comme l’homme : direct, sans concession et forcément « impolitiquement correct ». De surcroît, c’est un « vrai » écrivain. Cet homme-là écrit comme il photographie, il flashe chaque scène méticuleusement, balayant de son regard professionnel la « scène du crime », mais au-delà de cette implacabilité, le regard qu’il porte sur son ancienne vie est terriblement humain. » Virginie

« Car, il ne faut pas se voiler la face, ce livre est plus qu’un livre. Il est le reflet d’un homme qui a vécu son métier comme nous vivons le nôtre aujourd’hui. Avec fierté d’abord, droiture et justesse….puis désillusion, rage et solitude. » Caroline

« La Police, celle de nos rêves d’adolescents, celle de nos espérances de jeunes hommes et celle de nos expériences respectives n’était plus celle que l’on avait aimé. Toi tu en as écrit un livre… « Métier de Chien » pendant que moi je commençais à sombrer tout doucement . Lorsque j’ai lu ton livre, je me suis reconnu. Par moment, j’ai ressenti les mêmes sensations que toi. A la lecture de celles ci, j’ai ri, j’ai eu des frissons et j’ai même dû pleurer. » Thierry

« Pour les « hommes de l’art », ce livre est une lueur rassurante dans l’obscur médiocrité qui nous entoure. Pour les non-initiés, il rétablit notre honneur et la valeur de ce métier. » Deulin

Nous rappelons à tous nos lecteurs que nos pouvons inscrire le message que vous souhaitez sur les emballages rouges qui accompagnent nos livres. Ces messages sont à préciser dans la rubrique « Notes » lors de votre commande. Vous pouvez également y indiquer une autre adresse que la votre pour faire livrer un cadeau à un de vos proches que vous ne pourrez voir pour cette fête.

les trois

« Métier de chien » est également disponible dans ce pack  de quatre livres pour lequel nous offrons les frais de port, pour vous permettre de faire des économies  : le  Pack  Spécial Police(cliquez  pour voir le contenu du pack. )

Ce livre, comme toutes nos autres parutions, peut également être commandé dans le cadre de notre offre « Pack Noël Rouge Sang «  qui contient un cadeau supplémentaire offert par Rouge Sang éditions.

 

 

RMR

Pour un Noël en sécurité, offrez un pack « Spécial Police » !

Vous aimez les histoires de flics, réelles ou de fiction ?

Le pack « Spécial Police » est pour vous !

AVEC FRAIS DE PORT OFFERTS ! (cliquez pour voir l’offre)

Quatre livres et autant de policiers pour vous entourer, vous et vos proches, durant les fêtes de fin d’année.

L’ex-lieutenant de police Gino Paradio, devenu détective privé ombrageux et alcoolique, sous contrat avec la brigade criminelle de son ancienne administration, vous emmènera démêler l’écheveau compliqué d’une menace terroriste islamique dans « L’échiquier d’Howard Gray » de Florent Marotta.

Vous aurez également le plaisir d’inviter au réveillon le sulfureux Commissaire Divisionnaire Gilbert Bohr, un des pivots de « Voilà l’aurore » de Damien Ruzé.

Enfin, pour les histoires vécues, comment vous passer de la compagnie de Fred de Mai, auteur talentueux de « Flic de rue », et de celle de Marc Louboutin et ses tribulations agitées, souvent glauques puis écœurées d’Inspecteur de police des années 80 à 2000 dans « Métier de chien » ?

Notez que dans ce pack, « Métier de chien » sera numéroté et dédicacé par l’auteur pour la personne de votre choix, comme d’ailleurs chaque exemplaire depuis la mise en vente. (Ce qui est valable aussi pour les envois individuels que vous voudriez offrir pour les fêtes à la personne de votre choix)

Et pour encore plus de plaisir (comme dirait Manix, pas le détective privé de la série TV des années 70 avec 2 « n », l’autre) n’oubliez pas que nous poursuivons depuis cet été à  offrir les frais de port sur l’ensemble de nos packs. (Cliquez pour les connaître).

Et aussi que nous pouvons réaliser les emballages des livres de ces lots avec un avec message simple pour vos interlocuteurs. Comme cela :

image de site pack

Que nous pouvons évidemment décliner en « JOYEUX NOËL X ! de la part de Y » ou « BONNE ANNÉE X ! de la part de Y » et envoyer directement au destinataire.

Le tout est de s’y prendre dans les délais d’envois, et avant d’éventuelles ruptures de stock.

Pour commander le pack « Spécial Police »,  et en savoir plus, il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessus :

PACK POLICE2

(c) Thierry Rolland

Concours photos : Thierry Rolland vainqueur.

Merci aux très nombreux participants du concours photos lancé sur notre page Facebook.

Merci également aux internautes de ce réseau social d’avoir voté en masse.

Beaucoup de clichés de qualités, drôles ou amers, et des légendes qui ne le sont pas moins.

C’est Thierry Rolland qui gagne le pack «.357 magnum » avec un montage de photos – celui qui est en Une de cet article – qui reprend à la fois les deux couverture de « Métier de chien » (dont celle la première édition censurée en 2009) de Marc Louboutin et en fond les portraits des policiers morts en service depuis qu’il est entré dans la « grande maison » il y a une trentaine d’années.

(les portraits sont tirés du site « Policiers Français morts en service commandés » – il suffit de cliquer sur le titre pour y accéder)

Voilà la liste des quinze premiers clichés, dans l’ordre dans lequel ils ont été plébiscités par les internautes :

(Pour voir les photos en grand, lire les légendes ou connaître les auteurs des clichés, il suffit de cliquer sur la première pour l’agrandir et de re-cliquer ensuite dessus pour accéder à la deuxième et ainsi de suite pour faire défiler les images)

1ERE DE COUV(1) recadrée site

Sortie de « MÉTIER DE CHIEN – Tome 1 : de la vocation au dégoût. »

Un livre sur la police sans concession ni langue de bois.

Ce livre, sorti initialement en avril 2007 sous le titre « Métier de chien – Lettres à Nicolas » fut censuré par son propre éditeur deux ans plus tard, alors qu’il restait plus de 2000 exemplaires à vendre.

La sécurité, un des axes fort de la politique de Nicolas Sarkozy, était alors sur toutes les lèvres et sans doute que la parole crue de l’auteur – l’ex policier Marc Louboutin – dans les médias de masse était devenue insupportable tant elle était en décalage avec les discours de l’époque.  Il a mis deux ans à pouvoir récupérer les droits de ce livre.

Il ressort ce 18 septembre, sous une forme rénovée pour éviter les polémiques politiques inutiles, à la demande de très nombreux policiers pour lesquels il s’agit d’un ouvrage emblématique et de lecteurs avides de savoir la réalité de ce métier et qui n’ont pu se le procurer.

Ce livre, sans indulgence pour l’auteur ni pour les faits, est l’histoire sans artifice d’un des derniers membres du corps des Inspecteurs de Police des années 80 à 2000. De ce point de vue-là, c’est presque un témoignage historique.

Mais si la police s’est réformée, le métier de « flic de rue », lui, est resté le même. A l’heure où cette semaine cinq policiers se sont donnés la mort, en cette période où Nicolas Sarkozy revient en politique accompagné d’ex-cadres de la police pour rejouer la même partition sécuritaires, et alors que Manuel Valls a utilisé le Ministère de l’Intérieur comme trampoline de carrière, comme son prédécesseur, pour affirmer son autorité, ce livre est plus que jamais d’actualité.

Pour savoir ce qu’une carrière de policier signifie, pour comprendre les femmes et hommes sous l’uniforme ou en civil cachés derrière les slogans politiques, pour savoir quelles sont leurs réussites, leurs peurs et aussi parfois leur malaise jusqu’à vouloir en finir, ce livre est indispensable.

Parce qu’aujourd’hui peut-être encore plus qu’hier, nombreux sont les policiers qui, comme l’auteur, expriment clairement qu’ils sont passés de la vocation au dégoût.

Début 2015 « « MÉTIER DE CHIEN – Tome 2 : Paroles de flics. » reprendra leurs témoignages anonymes recueillis par l’auteur entre 2003 et 2014.

Pour en savoir plus sur le livre et le commander, c’est en cliquant sur la couverture ci-dessous. La version numérique de l’ouvrage sera disponible dès demain 19 septembre.

1ERE DE COUV(1) avec bandeau

1ERE DE COUV(1) recadrée site

Sortie le 18 septembre du tome 1 de « Métier de chien ».

L’équipe de Rouge Sang éditions est heureuse de vous annoncer que « Métier de chien », tome 1 : de la vocation au dégoût, sera disponible aux envois le 18 septembre, date définie avec notre imprimeur CPI. Cette nouvelle version, actualisée et mise à jour, reprend l’intégralité du témoignage original.

Ce livre, sorti initialement en avril 2007 sous le titre « Métier de chien – Lettres à Nicolas », fut censuré deux ans plus tard par son propre éditeur malgré au moins 2000 exemplaires restant disponibles à la vente.

De très nombreux lecteurs – souvent policiers – avaient milité pour que l’auteur, Marc Louboutin, récupère ses droits sur l’ouvrage, ce qui fut possible, en grande partie grâce à eux, en juin 2011.

Pour fêter cette annonce attendue avec impatience, Rouge Sang éditions a décidé d’ouvrir les précommandes de « Métier de chien », avec en cadeau, pour les 150 premiers acheteurs, une dédicace manuscrite de Marc Louboutin sur des exemplaires numérotés.

Les numéros seront attribués sans dérogation possible par ordre de validation des commandes. Note importante : si vous souhaitez des dédicaces particulières, indiquez le dans la partie « ajoutez une note » de votre commande.

MISE A JOUR du 3 septembre à 18h00 : Devant le succès de l’opération, après la prévente des 150 premiers exemplaires numérotés et les nombreuses demandes supplémentaires reçues, l’opération est reconduite jusqu’à lundi 8 septembre 9h00 ou 250 exemplaires réservés.

Pour lancer votre commande, c’est en cliquant sur la couverture ci-dessous :

1ERE DE COUV(1) avec bandeau