Archives du mot-clé Stéphane Nolhart

PACK 3

Grand déstockage de fin d’année chez Rouge Sang éditions

Vous cherchez des idées de  dernière ligne droite pour Noël ou pour les étrennes de vos proches ?

Vous ne pouvez pas dépenser une fortune dans des cadeaux de qualité ?

Le grand déstockage des livres de poche de Rouge Sang éditions est fait pour vous. Nos livres sont soldés mais préservent les revenus de nos auteurs, calculés sur le prix initial. Non seulement vous allez faire plaisir avec ces ouvrages de qualité à l’emblématique couverture rouge et noir, mais en plus vous allez participer à un revenu décent des écrivains, que nous sommes les seuls à garantir et d’un pourcentage très rare dans le milieu de l’édition.

Cette promotion porte sur les titres suivants : (cliquez sur les visuels pour accéder aux informations sur les livres)

flic de rue bandeau site jpg
4,70 €
projet couv low res 4 recadré
3,60 €
EHG recadré site internet
5,75 €
voilà l'aurore bandeau site
4,90

Ce qui fait une possibilité d’achat de quatre livres pour 18,95 €uros, soit 25,76 avec les frais de port et les taxes afférentes à ce dernier, qui sont incompressibles et nous sont imposés. Nous ne pouvons donc que vous conseiller d’acheter nos ouvrages de manière groupée pour réduire ces derniers par rapport à des achats individuels. C’est ainsi : n’étant pas Amazon nous ne pouvons bénéficier d’aucun tarifs préférentiels sur les livraisons.  Les frais de port sont calculés automatiquement lors de votre commande. Chaque livre est emballé individuellement dans une jaquette rouge.

En profitant de cette offre, valable dans la limite des stocks disponibles, vous avez donc la possibilité d’offrir quatre cadeaux de fin d’année pour un budget total qui reste plus que raisonnable. La livraison prend deux à trois jours en fonction des performances de la Poste.

Cette offre est strictement réservée aux particuliers pour la raison suivante évidente : afin de préserver les droits de nos auteurs à hauteur de leur pourcentage sur le prix initial de ces ouvrages, nous ne pouvons concéder de remise aux professionnels puisque notre marge éditeur est nulle pour cette opération promotionnelle.

Très bonnes fêtes de fin d’année à tous  de la part de toute l’équipe de Rouge Sang éditions !

catule van gogh

Et si le 9 mars devenait la journée des droits de la Mort ?

Oui, Vous lisez bien, et cela n’a rien à voir (quoi que, peut-être un peu quand même) avec les débats en cours sur la fin de vie.

Chez Rouge Sang éditions, après avoir bien cherché sur le site Internet recensant les « journées mondiales » (cliquez pour y accéder) nous avons constaté que le 9 mars est une des rares dates libres pour caser une nouvelle journée revendicative.

Parce qu’au bureau, Catule la Mort nous tanne vraiment pour que cette journée existe en menaçant à nouveau de faire grève pour que sa demande de journée pour ses Droits aboutisse. Finalement elle n’est pas plus absurde que certaines autres.

Et puis, il faut se rappeler des conséquences de la dernière fois qu’il a mis la faux en bandoulière pour se cantonner à écouter les Beatles en faisant des mots croisés. Vous ne vous en souvenez pas ? C’est dans l’excellent livre « In Fine » de Stéphane Nolhart, et pour en savoir plus il vous suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

Avec en bonus, la bande-annonce de ce livre qui vous laissera en vie différemment:

 

 

COUVERTURE IN FINE

Pourquoi la Mort ne vous souhaiterait pas un Joyeux Noël ?

Et même « Bonne année » ? C’est pas si idiot, il suffit de laisser sous le sapin un exemplaire de « In Fine » de Stéphane Nolhart, cette confession désopilante du malheur de « Catule la Mort » qui organise donc une grève pour accéder, enfin, à une reconnaissance planétaire bien méritée.

Cliquez sur la couverture pour accéder au livre
Cliquez sur la couverture pour accéder au livre

Avis des blogs :

  » Ce roman de 168 pages est un vrai délice. L’auteur manie l’ironie douce et moins douce, marie l’humour et le caustique. Je me suis laissé mener en bateau par cette fable, cet essai déroutant, délirant et hilarant. La mort peut-elle être un livre de chevet ? Je botte en touche et me contente d’un Pourquoi Pas ?  » Blog Jackisbackagain

« Drôle, caustique, touchante et intelligente, la lecture de In Fine est un moment succulent. L’écriture de Stéphane Nolhart est tranchante comme une faux. De rires en sourires, il mène une réflexion philosophique aiguisée sur le monde d’aujourd’hui, en quête d’une vie éternelle qui ne serait sans doute pas le cadeau que l’on pourrait croire… » Site « Le provocateur de sourires »

« Nolhart, à travers un style enjoué, drôle, parfois fin, tantôt caustique et tantôt triste, et quelques excellentes trouvailles narratives (la résurrection de Maître Vergès en avocat publiciste de la Mort, les relations La Mort/Asclépios qui se livrent bataille à travers la médecine et le pouvoir de résurrection…), livre une production très agréable à lire et qui provoque quelques questionnements personnels quant à la perception de la vie, de la mort, de son rôle sociologique, à ce que serait notre société sans la mort et donc à notre rapport amour/haine que l’on a quand on y réfléchit de façon détachée ou quand on y est directement confronté. La mort n’est pas forcément une injustice… » Alexandre Burg sur son blog littéraire « Garoupe ».

Quelques critiques de lecteurs :

« Un pur bonheur ! On peut rire de la mort et même éclater de rire ! Merci Mr Nolhart pour ce moment passé en compagnie de Catule- personnage très sympathique et attachant- à lire et à relire pour en saisir toutes les subtilités. » Anne-Marie

« Un livre que j’ai dévoré et à dévorer! Et oui la Mort peut faire rire. Merci M. Nolhart grâce à vous j’ai enrichi mon vocabulaire et ma culture musicale en plus! Un essai plein d’humour que je qualifierai d’élégant et de raffiné.  Merci Catule, Asclépios et Aceso pour les belles tranches de rire. «  Maryline

 » D’habitude pour allécher mes amis sur certains livres, je garde une phrase ou deux en extrait, pour les appâter. Mais pour le coup je suis restée bloquée. Trop de bons passages. Impossible de faire mon choix. « In fine » sera le choix. Au complet. J’ai vraiment adoré. » Coralie

Nous rappelons à tous nos lecteurs que nos pouvons inscrire le message que vous souhaitez sur les emballages rouges qui accompagnent nos livres. Ces messages sont à préciser dans la rubrique « Notes » lors de votre commande. Vous pouvez également y indiquer une autre adresse que la votre pour faire livrer un cadeau à un de vos proches que vous ne pourrez voir pour cette fête.

les trois

« In Fine » est également disponible dans les packs suivants de quatre livres pour lesquels nous offrons les frais de port, pour vous permettre de faire des économies  :   « .38 Spécial »,  « .357 Magnum » et « .45 ACP » (cliquez sur les noms pour voir le contenu du pack. )

Ce livre, comme toutes nos autres parutions, peut également être commandé dans le cadre de notre offre « Pack Noël Rouge Sang «  qui contient un cadeau supplémentaire offert par Rouge Sang éditions.

Et pour en savoir plus, voilà la bande annonce du livre :

 

projet couv low res 4 recadré

In Fine : Avec Jack, la mort est encore de retour.

Vous êtes préoccupé par la Mort qui reste pour vous une grande inconnue ?

Rassurez-vous, grâce à notre livre  « In Fine », cette dernière n’aura plus aucun secret même les plus intimes.  L’ouvrage passionne d’ailleurs les membres du monde médical qui y trouvent des réponses inédites à leurs interrogations sur le sens profond de leur lutte acharnée contre elle.

Vous n’êtes pas convaincus ?

Il faut alors commencer par lire la très belle chronique de « In Fine » de Stéphane Nolhart par Jean Dewilde  sur son blog :

jackisbackagain

Extraits de cette critique :

« Dans un premier temps, la Mort, après en avoir avisé la médecine (quel savoir-vivre), décide de ne plus s’attaquer aux octogénaires. Plus aucun mortel dans cette tranche d’âge ne passe de vie à trépas. Si on y réfléchit bien, ça en fait quand même un fameux paquet. Les maisons de repos sont rapidement débordées, plus aucune admission possible, le personnel meurt avant les pensionnaires, bref, c’est le bordel. Sans compter les magasins de pompes funèbres qui mettent le linceul sous le paillasson, les fonds de pensions en faillite. Aux États-Unis, dans les parcs, les vétérans de la guerre d’Irak sont plus nombreux que les pigeons. » … »Ce roman de 168 pages est un vrai délice. L’auteur manie l’ironie douce et moins douce, marrie l’humour et le caustique. Je me suis laissé mener en bateau par cette fable, cet essai déroutant, délirant et hilarant. La mort peut-elle être un livre de chevet ? Je botte en touche et me contente d’un Pourquoi Pas ? » (cliquez sur le texte pour accéder à la chronique entière.)

Alors pour en savoir plus, et pourquoi pas offrir un livre humoristique sur le sujet à Noël, que cela soit d’ailleurs pour vous-même ou à vos proches comme à vos ennemis ? N’hésitez alors pas à cliquer sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

 

 

 

 

 

1ERE DE COUV fb site recadrée

In Fine : Vidéo de la vraie vie de la Mort.

« In Fine », de Stéphane Nolhart, c’est la vraie histoire de la Mort.

Celle qui veut devenir une star, être enfin reconnue à sa juste valeur, et donc….fait grève.

Alors rien que pour nos lecteurs, voilà quelques images inédites de Catule la Mort (car c’est un homme en réalité) :

Et pour en savoir plus, c’est en cliquant sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

 

1ERE DE COUV fb site recadrée

« In Fine » : Et si la mort faisait grève ?

C’est le titre de la jolie critique du livre « In Fine » de Stéphane Nolhart, parue sur le site « Le provocateur de sourires ».

Extrait :

« Drôle, caustique, touchante et intelligente, la lecture de In Fine est un moment succulent. L’écriture de Stéphane Nolhart est tranchante comme une faux. De rires en sourires, il mène une réflexion philosophique aiguisée sur le monde d’aujourd’hui, en quête d’une vie éternelle qui ne serait sans doute pas le cadeau que l’on pourrait croire… » (cliquez sur le texte pour lire la chronique entière)

Envie d’en savoir plus sur « In Fine » ? Il vous suffit de cliquer sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

 

Illustration site

In Fine : Aimez la Mort, elle vous le rendra !

Belle et longue critique d’un lecteur, Patrice Dauthie, sur « In Fine » de Stéphane Nolhart.

« Les éditions Rouge Sang continuent de nous surprendre et, après quelques excellents polars (cf Ruzé, Perrin-Guillet etc.), publient cette fois le petit essai de Stéphane Nolhart intitulé « In Fine ». J’utilise à dessein le vocable « essai » parce que ce texte indubitablement loufoque a une portée quasi philosophique. Mais rassurez-vous, cet ouvrage n’est pas réservé à quelques intellectuels poussiéreux. Il est question de la mort, si souvent dépeinte sous les traits et les hardes de la grande faucheuse que nous connaissons tous. Stéphane, quant à lui, choisit un autre vecteur d’anthropomorphisme en lui donnant l’aspect d’un type nommé Catule, un individu aux allures de quadragénaire à qui on prêterait volontiers, avec son mètre quatre-vingt-cinq et ses costumes de bonne coupe, des allures de Malko Linge ou de San-Antonio. Contrepied parfait. Contrarié par son impopularité et les progrès de la médecine – personnifiée sous les traits d’Asclépios, le dieu de la médecine dans la mythologie grecque – Catule décide de faire grève. Une grève partielle, juste pour faire chier, genre débrayage impromptu dans une usine agroalimentaire. Il cesse de faire clamser les humains de plus de 80 ans. Catastrophe. Des milliers de vieux ne meurent plus et engorgent les maisons de retraite, les familles ne savent plus où coller leurs vioques, les croque-morts pointent au chômedu, les religieux sont déboussolés, les caisses de retraite vacillent, une nouvelle crise financière pointe le bout de son nez. Même la fille d’Asclépios, la redoutable Acéso, ne réussira pas à faire fléchir l’obstination de Catule, trop assoiffé de reconnaissance et de « Like » facebookiens. Pensez : grâce à lui, on en est à 110 milliards de cadavres depuis que l’homme est l’homme ! Grâce à lui, à ses efforts pour mettre au point le Sida, la grippe asiatique et tout ce qui précipite la fin des humains, la médecine prolonge la vie et tire tout le bénéfice médiatique de l’affaire. Et que deviendrait-on si plus personne ne passait l’arme à gauche ? La mort a du bon et pourtant elle est vilipendée. Injustice irréfragable aux yeux de celui qui veut être reconnu dans son travail, comme tout employé de Prisunic veut sa photo dans le bureau du manager avec l’estampille « employé du mois ».

Autant vous dire, j’ai lu le bouquin à l’avant-veille d’une visite de contrôle chez mon oncologue et cette lecture m’a enchanté. Il y a longtemps que je me prépare à l’inéluctable et pourtant, personne n’est un héros quand il s’agit de se confronter à sa propre finitude. J’ai trouvé le pitch génial. Génialissime même. J’ai eu un peu peur en début de lecture. Comment Stéphane allait-il réussir à nous passionner de bout en bout alors que tout est dit dans les premières pages de l’ouvrage ? Je ne vous le dirai pas. Sachez cependant que Jacques Vergès, ressuscité d’entre les morts, donnera un coup de main à Catule dans son entreprise, ce qui donne lieu à des échanges délectables et à quelques interviews de journaleux sortis tout droit de la boîte à persiflages de l’auteur. Sachez aussi que Stéphane prête à Catule des talents de cruciverbiste qui bute sur des définitions du genre : « se vide lorsque le coup est tiré » (et se termine par « ouille »). Soyez sympas : invitez Catule à rejoindre votre liste d’amis FB. Ça vaut le coup. Parole de condamné sursitaire… que nous sommes tous. »

Vous en voulez encore ? Cliquez sur la couverture d’In Fine pour en savoir plus :

COUVERTURE IN FINE

 

death strike

« In Fine » dans « Black Novel »

Comme toujours Pierre Faverolle offre sur son blog une critique pertinente, ici du roman « In Fine » de Stéphane Nolhart.

black novel pierre faverolle

Extrait :

« Si le sujet et le début de ce roman peuvent étonner, je dois dire que, pour peu que l’on apprécie l’humour noir, ce roman est un régal, ne serait-ce que parce qu’il avance avec une logique incontournable. A partir d’un sujet original, l’auteur regarde tous les aspects de l’autre coté de la lorgnette. Et c’est un livre que ne renierait pas un Pierre Desproges, par exemple. Car le cynisme y côtoie joyeusement le burlesque voire l’absurde. »
Cliquez sur l’extrait pour accéder à la chronique complète.

Toutes les informations sur « In Fine » et ses modalités d’achat sont accessibles en cliquant ci-dessous sur la couverture du livre :

COUVERTURE IN FINE

1ERE DE COUV fb site recadrée

« In Fine » : la belle critique d’Alexandre Burg

Ce chroniqueur, que l’on sait peu enclin à l’éloge facile sur son blog littéraire« Garoupe »a lu « In Fine » de Stéphane Nolhart, et… il a aimé.

garoupe in fine

Extrait de sa critique :

« Nolhart, à travers un style enjoué, drôle, parfois fin, tantôt caustique et tantôt triste, et quelques excellentes trouvailles narratives (la résurrection de Maître Vergès en avocat publiciste de la Mort, les relations La Mort/Asclépios qui se livrent bataille à travers la médecine et le pouvoir de résurrection…), livre une production très agréable à lire et qui provoque quelques questionnements personnels quant à la perception de la vie, de la mort, de son rôle sociologique, à ce que serait notre société sans la mort et donc à notre rapport amour/haine que l’on a quand on y réfléchit de façon détachée ou quand on y est directement confronté. La mort n’est pas forcément une injustice… »  (Cliquez sur l’extrait pour lire la chronique en entier)

Vous voulez en savoir plus sur ce livre ? C’est en cliquant sur la couverture ci-dessous :

COUVERTURE IN FINE

 

salon de châteauroux

IN FINE : rendez-vous avec la Mort à Châteauroux.

C’est une exclusivité MONDIALE : les confidences de Catule la Mort seront pour la première fois en signature à « l’Envolée des livres » de Châteauroux, les 12 et 13 avril 2014.

Ce roman désopilant, écrit par Stéphane Nolhart, vous permettra de tout savoir sur la Mort : ses goûts vestimentaires et musicaux, ses petites manies et surtout ses angoisses.

nolhart bonne defVous saurez comment et pourquoi « Catule la Mort » décide un  jour de devenir aussi célèbre qu’une rock-star, pour être enfin reconnu à sa juste valeur, en engageant un communiquant célèbre et en utilisant les réseaux sociaux.

En revenant de Châteauroux avec votre exemplaire d‘In Fine dédicacé par le beau ténébreux – mais souriant – de notre équipe d’auteurs, vous allez vous engager dans une démarche étonnante : aimer enfin la Mort à sa juste valeur.

Pour tout savoir sur IN FINE, accéder à un large extrait gratuit et lire les premiers avis de lecteurs, il suffit de cliquer sur ce lien.

Et pour avoir toutes les informations sur ce salon littéraire de Châteauroux, c’est en cliquant sur celui-là.

COUVERTURE IN FINE